fond haut blog
Rechercher

Les français et leurs habitudes de ménage

mercredi 12 juillet 2017

 

90 % des Français estiment qu'un produit d'entretien dit écologique doit avant tout être efficace, mais aussi facile à utiliser.

Selon une étude réalisée pour le compte de l'entreprise H2O at Home, 69 % des Français affirment que faire son ménage de manière écologique permet de préserver la planète et ses enfants. 90 % des sondés pensent qu'un produit écologique doit avant tout être efficace, ainsi que facile à utiliser. Pour la plupart d'entre eux, la cuisine et les chambres des enfants nécessitent un ménage «écologique», ce qui peut être une motivation pour changer ses habitudes.

H2O at Home*, à l'origine de cette enquête menée auprès de 1 000 personnes de janvier à février 2017, souhaite sensibiliser les Français à l'utilisation des microfibres. Celles-ci permettent de réaliser 90 % des tâches ménagères simplement avec de l'eau : 8 fois moins d'eau et de produits chimiques détergents sont utilisés. Pour les personnes interrogées, la microfibre est plus écologique (pour 41 % d'entre eux elles), plus pratique (30 %) et plus rapide (23 %), comparée à un ménage classique.

(*) Société de vente directe de produits ménagers écologiques.

Source : www.services-proprete.fr 

Faire un commentaire / Lire les commentaires (0)

filet

Gestion des déchets de bureau par les entreprises

mercredi 05 juillet 2017

 

Une étude sur la gestion des déchets de bureau, publiée en avril 2017, montre que plus d'un tiers des entreprises recyclent le papier :

- 35 % des entreprises françaises affirment recycler les papiers de bureau, selon une étude réalisée par la société Riposte Verte auprès de 1 104 organisations*.
- L'utilisation de papiers graphiques recyclés s'établit à 12 %. Le taux de recyclage grimpe à 61 % pour les canettes et les bouteilles plastique.
- Côté déchets dangereux, 76 % des piles sont triées, 67 % du matériel informatique et seulement 58 % des ampoules.
- L’équipement mis en place pour faciliter ce geste de tri privilégie l’installation de corbeilles à papier au poste de travail pour les 3/4 des salariés. - À l’inverse, 70 % des canettes et bouteilles plastiques usagées sont déposés dans des points d’apport volontaire (PAV).

Modifier les procédures de travail

Également impliqués dans l'étude, trois quarts des collaborateurs affirment respecter les consignes données. Mais 83 % d'entre eux pensent que la gestion des déchets n'est pas optimale sur leur lieu de travail. Ainsi 80 % estiment que le tri serait plus efficace avec un plan de communication interne. Près d'un tiers des salariés interrogés ne savent pas qui gère cet aspect au sein de l'entreprise. 96 % se disent prêts à changer certaines procédures de travail pour améliorer le système de tri.

1 entreprise sur 2 connait la réglementation

44 % des entreprises interrogées déclarent connaître toute la réglementation relative aux déchets. Concernant l'achat écoresponsable, 27 % des organisations répondant ont adopté cette pratique pour leur parc informatique, 21 % pour le mobilier et 18 % pour les petites fournitures.

(*) Étude préparée avec Ecologic, Valdelia et Zero Waste France.
Source : www.services-proprete.fr

Faire un commentaire / Lire les commentaires (0)

filet

La propreté vue par les français

mercredi 21 juin 2017

 

À l’occasion du salon Europropre qui s’est déroulé en mars dernier, le Monde de la Propreté a dévoilé les résultats d’un sondage réalisé en partenariat avec BVA sur les Français et la propreté.

L’enquête met en avant l’importance de la propreté au quotidien pour les Français, aussi bien dans les lieux accueillant du public que dans l’environnement professionnel.

Pour les Français, la propreté représente le critère le plus indispensable sur le lieu de travail. Cette exigence est même citée devant l’odeur, la luminosité, le niveau sonore ou encore l’espace dans un sondage BVA réalisé pour le Monde la Propreté.

Cette enquête, menée en novembre 2016*, interroge la perception des Français à l’égard de la propreté des lieux de vie. On y apprend ainsi que 82 % des personnes interrogées l’associent à l’hygiène et la santé et que le premier risque perçu, en cas de manque de propreté, est celui d’une propagation des maladies.

Un impact sur le bien-être

Sur les lieux de travail, l’absence de propreté entraîne selon eux des conséquences négatives sur l’image de l’entreprise d’abord auprès des clients (96 %), des salariés (94 %) et ensuite des fournisseurs (88 %) et des candidats à l'embauhe (88 %).

Propreté et environnement

Plus de 4 Français sur 5 reconnaissent l’activité des entreprises de propreté comme contributrice à la protection de l’environnement. Les notions qui sont le plus spontanément associées par les personnes interrogées à la propreté sont d’abord l’hygiène et la santé, puis viennent l’écologie et l’environnement (devant le confort, l’esthétique et la sécurité).

Les actifs favorables au travail en journée, en continu

L’enquête confirme en revanche la relativement faible attractivité du secteur. Sur le plan professionnel, il est ainsi considéré comme moins attractif que l’hôtellerie-restauration, les travaux publics et situe au même niveau que le gardiennage et la sécurité. Par ailleurs, les entreprises de propreté souffrent toujours d’un déficit de visibilité : 51 % des actifs interrogés déclarent ne pas connaître le nom du prestataire présent dans leurs locaux.

*réalisée sur un échantillon de 1025 personnes, représentatif de la population française âgée de plus de 18 ans.
source : www.services-proprete.fr 

Faire un commentaire / Lire les commentaires (0)

filet

Indicateurs au vert pour les entreprises installées en région

mercredi 14 juin 2017

 

Les indicateurs sont globalement au vert pour les entreprises de propreté installées en régions.

Les données statistiques de la propreté en région confirment la dynamique observée au niveau national (relire l’article du 13 mars 2017). Le nombre d'établissements et de salariés est stable ou en augmentation, en particulier en Auvergne Rhône-Alpes (voir ci-contre) et Ile-de-France.

La création d'entreprises hors autoentrepreneurs progresse sur l'ensemble du pays. C'est ce que montrent les Chiffres clés régionaux de la propreté (édition 2016).

Déclinaison des chiffres clés nationaux publiés en début d'année, ces données sont consultables sur le site www.monde-proprete.com (rubrique économie). Elles fournissent une série de statistiques économiques et sociales (nombre d'établissements et de salariés, dynamique d'évolution de la propreté, CSP des salariés...).

Source : Chiffres clés régionaux FEP/Fare Propreté, www.services-propreté.fr

Faire un commentaire / Lire les commentaires (0)

filet

Zoom sur la croissance de la propreté en Europe 

mercredi 07 juin 2017

 

Le secteur de la propreté en Europe a généré, en 2014, un chiffre d'affaires de 73,9 milliards d'euros avec près de 171 560 entreprises et 3,39 millions de salariés.

L’Europe totalisait, en 2014, 171 560 entreprises de propreté, un chiffre en hausse de 7 % sur les deux dernières années (hors régularisations statistiques). C’est ce que révèle l’édition 2016 de l’étude réalisée par la Fédération européenne du nettoyage industriel (Feni), qui couvre vingt pays européens (sur la base des données de 2014).

Les effectifs repartent à la hausse

L'effectif atteint, en Europe, 3,39 millions de salariés : il augmente de 2,3 % de 2012 à 2014, après quatre ans de baisse.

Le chiffre d’affaires global des entreprises de propreté s’est élevé en 2014, à 73,9 milliards d’euros, soit une progression de + 14,5 % de 2012 à 2014. En moyenne, le secteur européen de la propreté a enregistré une croissance annuelle de + 9,3 % depuis 25 ans.

L’Allemagne, la France, l’Italie, l’Espagne et le Royaume-Uni sont toujours les cinq plus gros marchés puisqu’ils représentent 72 % du chiffre d’affaires total. A l'exception de l'Italie, ces pays ont connu une forte hausse de l’activité dans le domaine du nettoyage. Le taux de pénétration des prestataires de propreté s'établit, en moyenne, à 65 % sur l'ensemble de l'Europe, en constante progression depuis 24 ans.

L’étude complète est disponible auprès de la Feni au prix de 180 €.

En savoir plus : www.feni.eu ou www.services-proprete.fr

Faire un commentaire / Lire les commentaires (0)

filet

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

29

30

31

32

33

34

35

36

37

38

39

40

41

42

ActuEco-innovation RéflexionBiographie

Evelyne CADUS

Bonjour, Avons nous la certitude que les entreprisesde nettoyages pratiquent le recyclage des ampoules et néon ?

L'agenda des parutions de Jean Charles Taugourdeau

2017

2016

2015

2014

2013

2012

mentions légales

Facebook JCTSite