fond haut blog
Rechercher

À Angers, le tri devient sexy !

mercredi 30 janvier 2013

 

C'est tout nouveau, tout beau ! Angers a lancé hier une campagne de communication pour le moins innovante et insolite… D'autant lorsque le sujet de sensibilisation n'est autre que… le tri des déchets. Sans discours moralisateur ni discours culpabilisateur, le « Kamasutri » se veut à la fois ludique et suggestif !

Au cas où vous n'auriez pas entendu parler de cette campagne publicitaire, un petit rappel sur son principe et ses destinataires semble opportun. En fait, le Kamasutri propose un "top 12 des positions pour trieur averti". Libre à nous, donc, de nous essayer à « la friction de la brique sur la cartonnette », aux « sensations électriques » ou encore à « l'extase de l'alu »... Tout spécialement dédié aux étudiants angevins, le message rappelle « quelles sont les différentes règles de tri » et offre « l'information nécessaire aux jeunes qui s'installent à Angers ».

« Il s'agit d'un clin d'œil qui ne devrait pas laisser indifférent », a déclaré le vice-président en charge de la gestion des déchets à la métropole angevine. Le tri sélectif est désormais sexy ! Toute de rose vêtue, la campagne se décuple aux différents points d'attractions des intéressés. Restaurants universitaires, happenings… Les 30 000 étudiants ne pourront échapper au « Juste tri » d'Angers Loire Métropole.

Pour Dridi, entreprise de nettoyage à Angers (49), ce genre de campagne permet de conférer au geste banal et parfois rébarbatif du tri sélectif un caractère récréatif et accessible. Le tri à la portée de tous en quelque sorte... Réalité ou utopie ? En tout cas, Angers tente une approche en ce sens. Une question subsiste malgré tout : comment pourrons-nous calculer l'impact de cette campagne de communication sur les habitudes de tri des étudiants ?

Faire un commentaire / Lire les commentaires (0)

filet

La consommation électrique française en question

mercredi 23 janvier 2013

 

Le bilan électrique 2012 publié par RTE intervient au coeur d'une période pour le moins charnière, en parallèle du débat national sur l'énergie en France. Premier constat lié à ce bilan : la consommation d'électricité française a progressé de 2,1% par rapport à 2011, atteignant 489,5 TWh. Lorsque l'on sait les conséquences de ces pointes de consommation tant sur la sécurité électrique, que sur le climat et sur l'économie, cela mérite de se pencher sur le sujet.

Concernant la hausse de la consommation, les usages domestiques sont à pointer du doigt. Si la consommation du secteur industriel et des PMI/PME poursuit son effort en affichant une courbe en baisse, la consommation des particuliers et des professionnels ne cesse d'augmenter. En cause, principalement : la croissance du nombre de ménages, les nouveaux usages électriques et le développement soutenu du chauffage électrique.

Évidemment, le contexte aide aussi à expliquer la hausse de consommation. Notons par exemple les pics de consommation record dus à la vague de froid exceptionnelle de février dernier. Résultat de cette consommation plutôt saisonnière, l'écart entre hiver et été ne cesse de se creuser. Une situation difficile à gérer lorsqu'il s'agit d'adapter le parc de production.

Si ces constats sont établis à l'échelle nationale, RTE a soigneusement dressé le bilan électrique de chacune des régions françaises. Résultats : lorsque l'on met en regard les volumes de production et de consommation d'électricité, les inégalités sont flagrantes. L'enjeu est donc bien d'organiser le débat national sur l'énergie à l'échelle locale. Dridi, en entreprise de nettoyage basée dans le Maine-et-Loire (49), vous donne donc rendez sur son blog pour retrouver des informations à ce sujet, à l'échelle régionale voire départementale, au fur et à mesure de l'avancée du débat.


Source : actu-environnement.fr

Faire un commentaire / Lire les commentaires (0)

filet

Collecte des emballages en plastique : Angers Loire Métropole se met au vert

mercredi 16 janvier 2013

 


« Le tri pour tous » ! Voilà une allégation qui pourrait faire figure de slogan pour Angers Loire Metropole ! En effet, depuis janvier 2012, une nouvelle consigne de tri des déchets a été donnée : tous les emballages plastiques doivent rejoindre la collecte sélective. Résultat, après un an de mise en pratique : les volumes récupérés ont augmenté de 50 %.

C'est en réponse à une proposition d'Eco-Emballage que la métropole angevine a pris cette bonne résolution en début d'année dernière. Ce faisant, elle a rejoint un groupe-pilote aujourd'hui composé de 51 collectivités françaises. Et déjà, les premiers constats s'avèrent positifs : « Depuis ces nouvelles consignes, des personnes qui ne triaient pas ou peu leurs déchets ont amélioré leurs pratiques. Ainsi, la collecte sélective dans son ensemble a progressé de 9,6 %, ce qui représente 1 300 tonnes supplémentaires de déchets envoyés au recyclage », a déclaré Gilles Mahé, vice-président délégué au traitement des déchets.

Ce sont donc quelque 460 tonnes de pots de yaourt, films et autres sacs plastiques qui trouvent aujourd'hui, à Angers (49), une seconde vie. Et la responsable d'Eco-Emballage Catherine Le Pober d'insister sur un point loin d'être négligeable : « Au-delà de l'intérêt environnemental, il y a un véritable intérêt économique. D'autant plus que les entreprises qui transforment ces matières et ensuite les revendent sont toutes situées en Europe, et même en France dans leur grande majorité ».

Mais forcément, tout n'est pas rose ! Comme dans toute initiative, des obstacles surviennent. Dans notre cas, on note, par exemple, la difficulté à valoriser les emballages « mixtes », qui regroupent diverses résines plastiques. Quelques consignes simples incitent donc les particuliers à poursuivre leurs efforts.

Malgré les quelques freins à ce projet, en qualité de société de nettoyage, Dridi ne peut qu'adhérer à ce genre d'entreprise. Dans le Maine-et-Loire et plus précisément à Angers, elles commencent à fleurir de manière significative. Pourvu que 2013 soit placée sous ce signe !


Source : angersloiremetropole.fr

Faire un commentaire / Lire les commentaires (0)

filet

2013 : la biodiversité à l'honneur

mercredi 09 janvier 2013

 

La biodiversité est « notre bien commun, chacun d'entre nous doit en être convaincu ». Lors de la conférence environnementale, en septembre dernier, le ton était déjà donné par François Hollande : la biodiversité constituerait un enjeu essentiel, majeur en 2013. En fer de lance de cette démarche : la préservation de la faune et de la flore, aux côtés de la transition énergétique.

Dés sa rentrée, le 3 janvier dernier, le gouvernement a mis à l'ordre du jour ce chapitre concernant l'environnement. En effet, le premier semestre 2013 sera, entre autres bien sûr, consacré à la constitution de la loi cadre sur la biodiversité. Est à prévoir, notamment, la création de la nouvelle Agence de la biodiversité.

Aujourd'hui à son stade embryonnaire, l'agence devrait être conçue sur le modèle de l'Ademe. Elle viendrait donc en appui des collectivités locales, des entreprises et des associations avec, en ligne de mire, constamment, la reconquête de la biodiversité.

Plus globalement, le droit de l'environnement se verra lui aussi évoluer. Le mois de mai marquera ce tournant. En effet, le gouvernement le rappelle, une fois de plus : « le chantier de la modernisation du droit de l'environnement est attendu par de nombreux acteurs industriels et décideurs publics locaux ».

En attendant la réalisation de ces projets, Dridi suivra de près chacune des évolutions. Plus que jamais, donc, rendez-vous sur notre blog pour connaître les changements en matière d'environnement qui jalonneront 2013 et impacteront sur le secteur du nettoyage, à Angers, dans le Maine-et-Loire (49) et partout ailleurs.


Sources : actu-environnement et biodiversityyagoyagos

Faire un commentaire / Lire les commentaires (0)

filet

Les déchets d'équipements électriques et électroniques : nouvelle circulaire

mercredi 19 décembre 2012

 

Il y a quelque temps, nous vous parlions des déchets de plastique issus d'équipements électriques et électroniques (les DEEE). Et bien les choses avancent ! Le 30 novembre 2012, une circulaire a précisé les différents modes de traitement et possibilités en terme de transferts d'un pays à l'autre des DEEE contenant des retardateurs de flammes bromés (RFB).

Conçus à l'aide de composants souvent dangereux, désormais, c'est avec la plus grande précaution que seront traités les RFB, par le biais d'installations spécialisées pour dépollution ou recyclage. Pour information, l'Ademe a précisé en 2012, 27 645 tonnes de plastiques bromés ont été extraites des DEEE en 2010...

La teneur en RFB détermine le mode de traitement des DEEE. Dans ce cadre bien précis, les objectifs sont donc les suivants : limiter les pollutions, maîtriser les risques liés à l‘exposition des travailleurs en cas de broyage, être capable d'envoyer les DEEE vers une filière d'élimination ou de valorisation adaptée. Et en ce qui concerne les transferts transfrontaliers, les DEEE comportant des risques de pollution feront l'objet d'une notification bien spécifique et leur transfert devra être validé par des consentements écrits préalablement.

Dans le cadre de l'activité de nettoyage industriel, les DEEE font partie du quotidien. Pour Dridi, donc, ce type de circulaire comporte une influence et des impacts considérables.

Faire un commentaire / Lire les commentaires (0)

filet

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

29

30

31

32

33

34

35

36

37

38

39

40

41

42

43

44

ActuEco-innovation RéflexionBiographie

Evelyne CADUS

Bonjour, Avons nous la certitude que les entreprisesde nettoyages pratiquent le recyclage des ampoules et néon ?

L'agenda des parutions de Jean Charles Taugourdeau

2020

2019

2018

2017

2016

2015

2014

2013

2012

mentions légales

Facebook JCTSite