fond haut blog
Rechercher

Dridi s'engage pour le recrutement !

mercredi 12 décembre 2012

 

Cela fait maintenant quelques semaines, le GEIQ Propreté 49 apparaissait au grand jour, regroupant en son sein 14 entreprises de propreté angevine. Le Groupement d'Employeurs pour l'Insertion et la Qualification s'est donné pour vocation la mission suivante : mettre en relation les sociétés ayant des difficultés à recruter et les personnes en difficulté d'accès à l'emploi. Et en ce qui concerne le secteur du nettoyage, le moins que l'on puisse dire, c'est que le principe fonctionne plutôt bien !

Penchons-nous un peu plus sur les détails qui régissent l'organisation du GEIQ. Ce groupement angevin traite les CV, reçoit les candidats et, le cas échéant, leur propose un contrat de professionnalisation. S'en suivent, 6 mois durant, une formation, un accompagnement par des tuteurs et pour finir, une embauche à temps plein, par plusieurs entreprises adhérentes. Jusqu'à aujourd'hui, le GEIQ Propreté 49 a été l'initiateur de 25 entretiens d'embauche... Un chiffre de bon augure pour l'avenir !

Dridi, entreprise de nettoyage dans le Maine-et-Loire soucieuse de la pérennité de son secteur, s'est engagée dans la démarche. La société est d'ores et déjà membre du GEIQ et l'un de ses dirigeants, David Colin, fait partie du Conseil d'administration. Une belle initiative pour l'emploi et le développement de l'activité au coeur de l'Anjou !


Sources : batiment-entretien.fr et action-nett.com

Faire un commentaire / Lire les commentaires (0)

filet

Horizon 2020 : les centres de tri en pleine mutation

mercredi 05 décembre 2012

 

Ça ne paraît pas si éloigné en terme de temps et pourtant... D'ici 2020, les centres de tri de déchets pourraient voir évoluer leur visage de manière remarquable. Pour nous aider à y voir plus clair, l'Ademe a mené différentes études et a mis au grand jour les résultats à l'occasion d'un colloque sur les produits hors usage, à la fin du mois d'octobre dernier. En voici les grosses lignes.

Renforcement des vigilances concernant la qualité des matières premières issues du recyclage, nouvelles méthodes lors des étapes de tri manuel permettant le retrait des produits souillés ou imbriqués, installation des tris automatiques le plus en aval possible au coeur du processus, intensification et clarification des consignes de tri par le biais d'une campagne de communication à destination de la population... Voici quelques-unes des mesures estimées indispensables par l'Ademe, à l'horizon 2020.

L'harmonisation des consignes de tri est d'ores et déjà annoncée en France : d'ici le 1er janvier 2015, un premier décret a prévu l'arrêt de la liste des déchets d'emballages devant faire l'objet d'une collecte séparée.

Les volumes, gros point noir du système de tri français, ont eux aussi été pointés du doigt par l'Ademe. D'ici 2020, le gisement des déchets ménagers devrait diminuer d'environ 5%. Quant à elles, les collectivités devraient disposer d'un choix, concernant l'élargissement des consignes de tri à tout ou partie des emballages plastiques. Actuellement, Ecoemballage expérimente la possibilité d'englober tous les emballages plastiques dans la collecte sélective. Ce test, s'il s'avère concluant, pour être généralisé à l'ensemble du territoire et se répercuter sur l'organisation des centres de tri.
Malgré tout, le taux de collecte pourrait sensiblement augmenter. Sylvain Pasquier, ingénieur spécialisé dans la filière responsabilité élargie du producteur (REP), en prenant en compte toutes les hypothèses, l'affirme : « l'évolution en volume semblerait globalement plus significative que l'évolution en poids ».

Aujourd'hui, l'Ademe recense 251 centres de tri en activité. Une étude a démontré l'existence de certains freins à leur adaptation aux évolutions de la collecte. Parmi eux, la surface de stockage amont ou aval, le process, les possibilités d'évolution... D'après l'Ademe, déjà, 123 sites présenteraient des points bloquants...

Faire un commentaire / Lire les commentaires (0)

filet

Compétitivité énergétique : la France classée au 9ème rang mondial

mercredi 28 novembre 2012

 

Pour définir la notion de compétitivité énergétique, le plus judicieux semble d'énoncer les 3 grands critères utilisés par KPMG pour dresser son classement. Qualité du mix énergétique, accès et disponibilité en matière d'électricité et empreinte environnementale sont ceux qui ont servi à la hiérarchisation des 146 pays.

Sans trop de surprises, ce sont les pays de l'hémisphère Nord (Norvège, Canada et Islande) qui prennent les 3 premières places du classement. Ensuite, les pays du Nord de l'Europe viennent s'immiscer : le Danemark est 4ème, ensuite viennent la Suède, la Filande et la France, en 9ème position.

La France tire son épingle du jeu en termes d'accès et de disponibilité en matière d'électricité, « et ce, en raison d'un parc nucléaire important ». Paradoxalement, en matière de mix énergétique, la France obtient un résultat plus que médiocre (93ème place du classement). Et pour pallier à cela, dès demain sera lancé au sein du gouvernement le débat national visant à aboutir à la transition énergétique du pays.

L'empreinte environnementale de la France n'est pas exceptionnelle, mais se situe dans la moyenne mondiale. L'étude précise : « Sa faible intensité énergétique est contrebalancée par de fortes émissions de CO2 par habitant même si elles sont inférieures à certains de ses principaux partenaires ».

Il reste donc des efforts à faire. Le lancement très prochain d'un débat sur le sujet apportera certainement des réponses. Rendez-vous sur le blog de Dridi pour commenter ensemble les résultats de ces échanges de la plus haute importance !


Sources : actu-environnement.fr et usinenouvelle.com

Faire un commentaire / Lire les commentaires (0)

filet

La semaine européenne de la réduction des déchets est lancée !

samedi 24 novembre 2012

 

Cette année, la 4ème édition de la semaine européenne de la réduction des déchets se déroulera du 17 au 25 novembre. Lutte contre le gaspillage alimentaire, réduction du suremballage et de la consommation de papier... Voici quelques-uns des thèmes qui seront mis à l'honneur.

À travers toute la France, des opérations de sensibilisation sont prévues. Évidemment, Angers n'échappera pas à cet événement d'envergure ! Voici quelques actions qui y sont menées durant la semaine : ce lundi, l'Ademe a organisé un repas « zéro déchet alimentaire » conçu essentiellement à partir de produit bio, le collège Saint-Charles, lui aussi, a montré sa position en faveur de la réduction des déchets. Une sensibilisation pour les élèves sur le gaspillage de pain a été menée. La grande distribution a aussi participé à cette démarche des plus citoyennes : Carrefour a mis en place un module internet avec de nombreux conseils pour, toujours, réduire ses déchets. Nombre d'associations d'Angers Loire Agglomération collaborent aussi à cette semaine européenne de la réduction des déchets.

Vous aussi, participez à cette mobilisation en vous renseignant sur http://www.reduisonsnosdechets.fr, et contribuez à faire d'Angers une ville plus propre. Pour Dridi, ce genre d'action permet de verdir, toujours un peu plus, les comportements. Surtout lorsque l'on sait que chaque année, en moyenne, un Français produit 460 kg de déchets à lui tout seul…

Faire un commentaire / Lire les commentaires (0)

filet

Le scénario énergétique d'ici 2050 par l'Ademe

mercredi 14 novembre 2012

 

Un parc de logement moins énergivore, l'indépendance au pétrole, plus de surfaces agricoles utiles, de nouvelles innovations dans l'industrie, un mix énergétique à 30% d'EnR… Cela paraît surnaturel et irréalisable, et pourtant ! C'est ainsi que l'Ademe présente le scénario énergétique à l'horizon 2030 et 2050. Elle s'est donc attelée à un travail de prospection afin d'imaginer le panorama énergétique d'ici plusieurs décennies.

Reprenons une à une chacune des hypothèses formulées par l'Ademe. Tout d'abord, d'ici presque 20 ans, l'Ademe suppose que la consommation d'énergie totale de la France aura diminuée de 20% par rapport à 2010. Toujours en 2030, les énergies renouvelables et de récupération devraient alimenter jusqu'à 16,8% des réseaux de gaz via la méthanisation et 86% des réseaux de chaleur.

Le parc de logement devrait lui aussi subir des modifications majeures. Le secteur de la construction devrait même contribuer à 65% des économies réalisées. L'Ademe estime que les besoins énergétiques seront réduits grâce aux travaux d'isolation et aux appareils plus performants.

Maintenant, si cette étape est avérée, elle équivaudra à une vraie révolution. L'indépendance au pétrole selon l'Ademe, devrait avoir lieu en 2050. Vieillissement de la population, généralisation du télétravail, perte d'attraction du véhicule individuel, développement de l'utilisation des 2 roues… Ces éléments, entre autres, devraient participer à cette indépendance. En effet, l'Ademe imagine qu'en 2050, les voitures thermiques seront principalement alimentées au gaz, bio ou non. François Loos, Président de l'Ademe, va même jusqu'à préciser : « Le vecteur gaz présente l'intérêt de pouvoir être décarboné progressivement ».

Pour ce qui est de l'agriculture, 2050 devrait voire la production intégrée représenter 60% de la surface agricole utile, l'agriculture biologique 30% et la conventionnelle 10%. De gros progrès en quelque sorte !

L'industrie, elle aussi, devrait avoir sa part du gâteau : en 2050, ses besoins en énergie devraient descendre à 27,9 Mtep contre 33,4 en 2030 et 36,8 en 2010.

Mais toutes ces prédilections sont à prendre avec la plus grande précaution. Il ne s'agit là que d'hypothèses, et même si leurs auteurs les qualifient de « vraisemblables », pour devenir réalité, elles demandent une vraie prise en main des citoyens et un encouragement politique majeur. Alors, rendez-vous en 2030 pour constater ensemble ou non, des changements énergétiques… Chez Dridi, on ne croit que ce qu'on voit !

Sources : actu-environnement et lemonde.fr

Faire un commentaire / Lire les commentaires (0)

filet

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

29

30

31

32

33

34

35

36

37

38

39

40

41

42

43

44

ActuEco-innovation RéflexionBiographie

Evelyne CADUS

Bonjour, Avons nous la certitude que les entreprisesde nettoyages pratiquent le recyclage des ampoules et néon ?

L'agenda des parutions de Jean Charles Taugourdeau

2020

2019

2018

2017

2016

2015

2014

2013

2012

mentions légales

Facebook JCTSite