fond haut blog
Rechercher

Eclairage : de nouvelles règles pour l'étiquetage énergétique des lampes

mercredi 03 octobre 2012

 

Nous avions publié quelques articles sur ce sujet à la création de notre blog : en matière d'éclairage, les choses évoluent ! Disparition de l'ampoule à incandescence, formation au personnel opérant non électricien… Les démarches engendrées par le gouvernement français et la Commission européenne pour changer le mode de consommation du matériel d'éclairage sont nombreuses et conséquentes. Et bientôt, de nouvelles règles concernant l'étiquetage énergétique des lampes verront le jour.

Lampes dirigées, lampes à très basse tension, diodes électroluminescentes, lampes utilisées dans l'éclairage professionnel, lampes à décharge à haute intensité… Constatez par vous-même : le champ d'application de ce projet concerne nombre de lampes mais se limite pour le moment et a priori à celles à usage domestique.

La vocation de ce projet est le suivant : « assurer l'information des consommateurs quant à la comptabilité des luminaires avec les lampes économes en énergie et quant à l'efficacité énergétique des lampes incluses avec le luminaire ».

Publié le 26 septembre dernier et signé par les Vingt-sept, ce règlement communautaire sera applicable à compter du 1er septembre de l'année prochaine. Il établira un « dessin et un contenu uniformes pour l'étiquette des lampes électriques et des luminaires », tout en définissant « les informations à fournir pour toutes les formes de vente à distance, de publicité et de matériel promotionnel technique ».

Sources : europolitique.info et actu-environnement.com

Faire un commentaire / Lire les commentaires (0)

filet

Avec l'Union européenne, la Chine prend de bonnes résolutions

mercredi 26 septembre 2012

 

Protection de l'environnement, transition vers une économie sobre en carbone et réduction des émissions de gaz à effet de serre en Chine… Voilà ce à quoi se sont engagés Andris Piebalgs, commissaire au développement et Chen Deming, ministre du Commerce de la République de Chine, en signant une convention de financement, le 20 septembre dernier.

« L'UE possède une solide expérience en matière de lutte contre le changement climatique et de transition vers une économie verte et nous sommes heureux de la partager. Les résultats de ces projets seront bénéfiques pour chacun de nous et contribueront à notre objectif commun : le développement durable de la planète ». De fait, c'est l'UE qui mènera la Chine dans l'atteinte de ses objectifs. Cette aide sera dispensée dans le cadre de projets pilotes.

Elle consistera à fournir une assistance technique, des formations et à favoriser les échanges d'expériences et de savoir-faire. En termes financiers, l'UE contribuera à ce projet de grande envergure à hauteur de 25 millions d'euros. Sous-divisé en trois champs d'application, le projet s'articule autour des chantiers suivant : l'élaboration et la mise en œuvre de systèmes d'échange de quotas d'émission en Chine, l'adoption de solutions écologiques efficaces et la protection de l'environnement, par la réduction de la pollution de l'eau et aux métaux lourds.

Ce projet, des plus ambitieux, sera mis en œuvre sur une période de 4 ans. Il est en quelque sorte un symbole. C'est en tout cas ce qu'a déclaré Andris Piebalgs : « La convention signée ce jour avec la Chine est un exemple concret de la façon dont nous pouvons travailler en partenariat pour relever des défis communs de dimension mondiale. Nous saluons les engagements pris par la Chine et la soutiendrons dans ses efforts pour réduite les émissions de gaz à effet de serre, assainir les villes et mieux gérer l'eau, les déchets et la pollution aux métaux lourds. »
Alors rendez-vous dans 4 ans, en 2016, pour constater si, oui ou non, les bonnes résolutions ont été tenues.


Sources : communiqué de presse Europa.eu et actu-environnement.fr

Faire un commentaire / Lire les commentaires (0)

filet

Conférence environnementale 2012 : les nouvelles directives

mercredi 19 septembre 2012

 

Nous l'avions annoncé sur ce blog, la conférence environnementale a eu lieu les 14 et 15 septembre. Après la clôture de cet événement vient l'heure du bilan et des premières projections. « Denses et riches », c'est ainsi qu'ont été qualifiés les échanges qui ont eu lieu durant ces 2 jours de débat. La ligne de conduite, au terme de la conférence a été dictée par Jean-Marc Ayrault : « L'écologie n'est pas un frein ou une contrainte (…), elle est un puissant levier de croissance, de compétitivité de nos entreprises et d'amélioration de notre bien-être collectif ». Découlant de ce discours, 5 chantiers verront le jour, incessamment sous peu.

La transition énergétique en fait intégralement partie. L'enjeu, ici, est de « rompre avec le tout nucléaire pour la production d'électricité (…), et aussi avec le tout pétrole pour les transports ». Dans ce cadre, les énergies renouvelables et le solaire ne seront en aucun cas négligés.

Autre chantier, dès 2013 devrait apparaître une agence de la biodiversité. Au cœur de cette démarche, le vote d'une loi-cadre intégrant un volet sur les paysages sera organisé. Le thème de l'agriculture a lui aussi été abordé : moratoire sur la mise en culture des semences OMG, lancement d'un plan en faveur de l'agriculture biologique… De nouvelles mesures seront prises.

Le BPA se verra totalement interdit. L'objectif : diminuer l'exposition des populations aux risques sanitaires environnementaux. La taxe sur les polluants atmosphériques, quant à elle, se verra augmenter.

Et point non négligeable, voire déterminant (nous avions déjà abordé le sujet lors d'un précédent billet) : le droit de l'environnement se verra simplifier. Pour ce faire, c'est le Conseil de la transition écologique qui œuvrera (anciennement Conseil national du développement durable et du Grenelle de l'environnement).

Les résolutions prises paraissent tout à fait honorables. Mais à quelques jours de la fin de la conférence environnementale, c'est un euphémisme de dire qu'il est trop tôt pour tirer de vraies conclusions. Alors pour y voir déjà plus clair, Dridi vous donne rendez-vous à l'issu de la 2ème édition de la conférence environnementale, en 2013 !

Sources : actu-environnement.com

Faire un commentaire / Lire les commentaires (0)

filet

Éviter, réduire, compenser les impacts sur l'environnement

mercredi 12 septembre 2012

 

Il y a peu de temps, le ministère de l'Écologie définissait puis, publiait une doctrine afin d'appliquer les principes « éviter, réduire, compenser ». Le terrain d'application de cette doctrine est bien entendu l'environnement et, plus précisément, le milieu naturel. Et les destinataires sont les maîtres d'ouvrage, leurs prestataires et les services de l'État.

Comme le nom de la doctrine l'indique, l'enjeu consiste tout d'abord à éviter les impacts sur l'environnement, surtout en amont d'un projet. Ensuite, au cœur du fonctionnement, il faut minimiser les effets sur le milieu naturel. Et enfin, il s'agit de compenser les impacts résiduels. En fait, cette doctrine positionne la question environnementale au même niveau que toute autre donnée de conception des projets, notamment les aspects financiers ou techniques.

Globalement, la séquence « éviter, réduire, compenser » a pour fin, selon le ministère de l'Écologie, « la conservation de la qualité environnementale des milieux, et si possible l'obtention d'un gain net, en particulier pour les milieux dégradés compte tenu de leur sensibilité et des objectifs généraux d'atteinte du bon état des milieux ».

La doctrine admet malgré tout que « tout n'est pas compensable ». Les conditions sont les suivantes : l'équivalence écologique ne peut être obtenue, le maître d'ouvrage ne peut assumer la charge financière des compensations, il n'est pas possible de maintenir la qualité environnementale d'un milieu. En fait, un principe de la doctrine souligne que « dans le cas où il apparaît que les impacts résiduels sont significatifs et non compensables, le projet, en l'état, ne peut en principe être autorisé ».


Sources : développement-durable.gouv.fr, actu-environnement.com & espaces-naturels.info

Faire un commentaire / Lire les commentaires (0)

filet

La Conférence environnementale : de gros enjeux ?

mercredi 05 septembre 2012

 

Les enjeux de la conférence environnementale qui aura lieu les 14 et 15 septembre prochains ne sont pas des moindres. De fait, pilotée par le ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie, elle permettra de définir « les voies d'une mutation vers un nouveau modèle de développement durable ».

Plus précisément et d'après le Conseil des ministres, la conférence environnementale « permettra de fixer les objectifs dans chacun des domaines abordés, l'agenda et les moyens pour les atteindre. Seront également définis les indicateurs permettant d'évaluer les progrès réalisés et les modalités d'un dialogue décentralisé ».

Et les grandes lignes ont déjà été tracées en amont du Jour J, par Delphine Batho, ministre de l'Écologie. Au programme, des débats sur de nombreux thèmes : la transition énergétique, la biodiversité, la fiscalité écologique, l'impact de l'environnement sur la santé ou encore sur la gouvernance écologique… Tout comme le Grenelle de l'Environnement, la Conférence environnementale réunira, aux côtés de l'État, les organisations non gouvernementales, les syndicats de salariés, les syndicats d'employeurs, les représentants des élus locaux, mais aussi les parlementaires.

La Conférence environnementale deviendra un évènement annuel. À chaque rentrée, le rendez-vous sera fixé afin de déterminer la bonne route à suivre. En attendant 2013, nous vous donnons donc rendez-vous au lendemain de cette première conférence afin de dresser le tout premier bilan, de bon augure, nous l'espérons.


Sources : lexpress.fr, lesechos.fr et actu-environnement.fr

Faire un commentaire / Lire les commentaires (0)

filet

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

29

30

31

32

33

34

35

36

37

38

39

40

41

42

43

44

ActuEco-innovation RéflexionBiographie

Evelyne CADUS

Bonjour, Avons nous la certitude que les entreprisesde nettoyages pratiquent le recyclage des ampoules et néon ?

L'agenda des parutions de Jean Charles Taugourdeau

2020

2019

2018

2017

2016

2015

2014

2013

2012

mentions légales

Facebook JCTSite