fond haut blog
Rechercher

Zoom sur le recyclage des briques alimentaires en France

mercredi 09 décembre 2015

 

En 2013, malgré un gisement bien identifié dans les ordures ménagères et un process de valorisation éprouvé, les 85 000 tonnes de briques alimentaires mises sur le marché par an en France, ne sont recyclées qu’à 45%. Aujourd’hui, une brique sur deux est recyclée en France.

Le recyclage du carton : processus

Le carton des briques alimentaires est essentiellement constitué de fibres vierges longues. Les briques alimentaires sont plongées et malaxées dans de grandes cuves remplies d'eau appelées « pulpeurs ».

Ce processus, appelé « défibrage », permet de séparer les fibres de carton du polyéthylène et de l'aluminium. Les fibres vont se mélanger ensuite dans l'eau alors que le plastique et l'aluminium vont rester en suspension. Le mélange eau et fibre passe dans un épaississeur pour former une pâte à papier. Cette pâte sera ensuite introduite dans le processus papetier.

Elle y sera égouttée et séchée pour produire des rouleaux de papier de grande largeur, qui seront ensuite coupés et préparés pour fabriquer des emballages, des essuies-tout, du papier toilette.

Une faible progression

Ainsi, ce sont 49% des briques alimentaires qui ont été recyclées en 2014, selon le dernier bilan de l’Alliance Carton Nature (ACN), qui regroupe les principaux fabricants dont Treta Pack, SIG Combibloc et Elopack.

La progression reste donc faible car on passe de 45% à 49% en deux ans seulement. Et selon un sondage Ipsos, publié en octobre dernier, 75% des français trient systématiquement les briques alimentaires. Une marge de progression est alors présente car les consignes de tri sont simples : toute brique en carton se recycle ! Au total 4 milliards de briques alimentaires sont consommées chaque année en France.

Chez Dridi, entreprise de nettoyage à Angers (Maine-et-Loire, 49), nous aimons nous tenir au courant de l'actualité de notre secteur à l'échelle nationale notamment. En effet, au vue de notre activité de nettoyage industriel, la gestion des déchets est un thème qui porte toute notre attention.

Sources  actu-environnement.fr, journaldelenvironnement.fr

Faire un commentaire / Lire les commentaires (0)

filet

Les routes photovoltaïques, quel avenir ?

mercredi 02 décembre 2015

 

L’énergie solaire photovoltaïque est une énergie électrique produite à partir du rayonnement solaire. Souvent présenté sous forme de panneaux solaires, on ne sait pas trop où mettre ces panneaux photovoltaïques : sur une maison, pas très esthétique, dans la nature, cela prend de la place.

Colas, Filiale de Bouygues, invente la route photovoltaïque

Bouygues a pris le problème de ces panneaux à l’envers. Ainsi, plutôt que de chercher à les intégrer sur des surfaces visibles, la société propose de fondre les cellules qui composent ces panneaux sans notre environnement quotidien. Le challenge semble réussi, car il y a quelques semaines, le géant français Bouygues présentait Wattway, un prototype de route productrice d’électricité solaire. Présentée lors de la COP21, Wattway peut aussi servir à recharger les véhicules électriques.

Un concept novateur et durable

Chez Dridi, entreprise de nettoyage à Angers (Maine-et-Loire, 49), nous nous tenons au courant de ces informations économique et durable. Elles nous tiennent à coeur car elles nous renseignent sur les évolutions à venir, qu'elles touchent directement ou non notre secteur d'activité.   Développée en partenariat avec l’institut de l’énergie solaire (Ines), la filière routière Colas a développé là un drôle de revêtement routier. Il est constitué de dalles comprenant des cellules photovoltaïques ultrarésistantes et antidérapantes, noyées dans un substrat. Capables de supporter le passage des véhicules les plus lourds ces dalles peuvent être collées directement sur la route !   Selon son concepteur, 1 kilomètre de route solaire suffit pour satisfaire les besoins électriques d’une ville de 5000 habitants. Roulerons-nous sur notre avenir énergétique ?

Sources : www.journaldelenvironnement.com

Faire un commentaire / Lire les commentaires (0)

filet

La France « leader » de la finance verte

mercredi 25 novembre 2015

 

Le Programme des Nations unies pour l’Environnement (Pnue) a publié en octobre dernier, les première conclusions de son enquête, lancée en janvier 2014, portant sur les actions entreprises, par plus de 15 pays, visant à aligner leurs systèmes financiers avec le développement durable.

L'étude présente les enseignements de l'expérience française dans l'intégration du développement durable "dans une perspective de partage avec d'autres pays", précise l'Institut de l'économie pour le climat (I4CE).

L'étude porte également sur l'actualité règlementaire récente relative à l'article 173 de la loi pour la transition énergétique d'août 2015, en faveur de la finance bas-carbone. "Accueillir la COP 21 a encore stimulé davantage les efforts de la France", soulignent le Pnue et le think tank I4CE.

Elle rappelle également que Les institutions financières publiques telles que le Caisse des dépôts et la Banque publique d'investissements Bpifrance se sont engagées à mobiliser 15 milliards d'euros vers la transition bas-carbone d'ici 2017.Pour Romain Morel, économiste à l'I4CE : "La France a développé un modèle unique dans lequel les initiatives publiques et privées se renforcent mutuellement à la fois en termes de sensibilisation et de promotion de l'action concrète". Ces mesures ont contribué à des volumes croissants de finance climat sur le sol français, de 30 milliards d'euros en 2011 à 36 milliards d'euros en 2013.

Chez Dridi, entreprise de nettoyage à Angers (Maine-et-Loire, 49), nous nous tenons au courant de ces informations économique et durable. Elles nous tiennent à coeur car elles nous renseignent sur les évolutions à venir, qu'elles touchent directement ou non notre secteur d'activité. Dans ce cas précis, nous, entreprise de nettoyage, nous tentons, à notre échelle, de contribuer au développement durable.

Sources : actu-environnement.com

Faire un commentaire / Lire les commentaires (0)

filet

Gaspillage de l’eau : Tour de France 2015

mercredi 18 novembre 2015

 

Une carte, une infographie, un tour de France, découvrez simplement, département par département, l’était du gaspillage de l’eau potable.  

Pour se faire connaître, la jeune société, FluksAqua, a diffusé en octobre dernier, une carte du gaspillage de l’eau potable. Créée en 2015, FulskAqua se présente comme « un lieu de partage de connaissance pour les professionnels de l’eau, où l’on peut trouver en quelques clics des réponses très concrètes à des problèmes opérationnels » explique Olivier Le Marois, PDG et fondateur de cette start-up.  

 

Tour de France du gaspillage d’eau  

L’objectif est ici de supprimer le maximum d’erreurs présentes dans la base de données nationale, comme les taux de rendement supérieurs à 99% ou inférieurs à 10%. «Nous avons également classé les indices linéaires de consommation d’eau par famille, pour ne pas pénaliser les régions semi-rurales ou rurales», explique le PDG.   D’un point de vue plus généraliste, la start-up a le mérite de présenter des données jusque-là, trop souvent illisible pour le grand public.  

Des régions plus ou moins touchées  

Au total, près de 700 milliards de litres d’eau potable sont perdus chaque année en France. De quoi remplir 270.000 piscines olympiques. La carte révèle ainsi que les gaspillages les plus importants se situent dans le sud du pays et, avec des résultats moindres, l’est de la France (cf illustration). Sur le site de FluksAqua, nous découvrons alors un ensemble de données détaillées sur l’efficacité du réseau d’eau en France, par départements et par habitudes de consommation. Ainsi, vous avez en direct la consommation d’eau en litres de l’ensemble des toilettes, salles de bains, vaisselles de France.  

Dans le Maine-Et-Loire, là où Dridi, entreprise de nettoyage (Angers) est localisée, nous pouvons observer que les chiffres sont plutôt bons avec 3,34% de gaspillage d’eau calculé selon le critère d’excellence.    

Source : journaldelenvironnement.net, FluskAqua (illustration)

Faire un commentaire / Lire les commentaires (0)

filet

Waste Trucks : Les déchèteries mobiles de Paris

jeudi 12 novembre 2015

 

Depuis le 14 septembre 2015, la ville de Paris voit ces rues sillonnées par ces Waste Trucks, des déchèteries mobiles mises en place suite à la clôture des États Généraux de l’Économie circulaire.  

L’originalité de ce projet vient avant tout par les Parisiens eux-mêmes. Ce sont eux qui ont choisi et validé ce projet dans le cadre de la mise en place du 1er Budget Participatif de la ville de Paris, en 2014. L’objectif est de permettre aux citoyens de choisir 5 des 15 projets présentés, qui bénéficieront alors d’un budget de 20 millions d’euros en 2015 pour leur déploiement.

Ces minis-camions sillonneront les rues de la capitale et stationneront dans 80 points différents, et ce, deux samedis par mois. La priorité est, ici, la récupération des déchets dangereux tels que les aérosols, les produits chimiques, les pesticides, piles et accumulateurs.

Il faut savoir qu’avec ce projet, chaque mini-camions représente un investissement de 50 000 euros, mais Mao Peninou, maire adjoint en charge de la propreté, explique que « le problème à Paris est davantage un problème d’espace qu’un problème budgétaire ». D’autres projets viennent s’accoler à ce dernier avec, notamment, le développement de 20 colonnes à verres enterrées et des composteurs collectifs dans les jardins publics.

Chez Dridi, entreprise de nettoyage à Angers (Maine-et-Loire, 49), nous sommes friands de ce type d'appel à projets. Nous sommes d’autant plus favorables à toute idée de coopération lorsqu'il s'agit du traitement des déchets.

Source : journaldelenvironnement.net

Faire un commentaire / Lire les commentaires (0)

filet

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

29

30

31

32

33

34

35

36

37

38

39

40

41

42

43

44

ActuEco-innovation RéflexionBiographie

Evelyne CADUS

Bonjour, Avons nous la certitude que les entreprisesde nettoyages pratiquent le recyclage des ampoules et néon ?

L'agenda des parutions de Jean Charles Taugourdeau

2020

2019

2018

2017

2016

2015

2014

2013

2012

mentions légales

Facebook JCTSite