fond haut blog
Rechercher

Vers une accélération des achats publics durables

jeudi 07 mai 2015

 

Le gouvernement souhaite renforcer ses objectifs concernant le plan national d'action pour les achats publics durables 2015-2020. De 2007 à 2010, la France a appliqué un premier plan qui impliquait l'État, les collectivités territoriales et les hôpitaux. Au coeur de cette démarche européenne, notre pays se situait alors dans top 5 des États membres en nombre d'acheteurs publics ayant intégré des clauses environnementales, dans au minimum 50% de leurs marchés.

L'objectif du second plan est de s'appuyer sur ces bonnes bases tout étant « plus opérationnel et mieux diffusé » ; les nouveaux enjeux sont avant tout environnementaux. Le nouveau plan national d'action pour les achats publics durables fixe différents objectifs ; tout d'abord, 30% des marchés passés devront comporter une clause environnementale au minimum. Ensuite, 25% devront comprendre au moins une disposition sociale. Plus globalement, d'ici 2020, le plan prévoit que 60% des organisations publiques signent une charte pour l'achat public durable et communique sur leurs engagements.

Il est important de savoir que 80% des organisations ayant recours à du papier, des appareils d'impression, des fournitures et autres matériels de bureautique devront, au coeur de leur démarche d'achat, prendre en considération la fin de vie de ce type de produits.

Chez Dridi, entreprise de nettoyage à Angers (Maine-et-Loire, 49), nous soutenons ce type de démarche qui vise à encourager la durabilité et la responsabilité des différents acteurs.


Sources : actu-environnement.com & complement-air.com (image illustrative)

Faire un commentaire / Lire les commentaires (0)

filet

La France doit faire des efforts en matière de recyclage

mercredi 29 avril 2015

 

L'UFC-Que Choisir a pointé du doigt les lacunes de la France en matière de recyclage des déchets, le 23 avril denier, lors la présentation des résultats de leur enquête devant de la presse. Pour pallier à ce point noir, l'association estime qu'il faut d'urgence réviser l'organisation de la filière de responsabilité élargie du producteur (REP) et communiquer davantage pour sensibiliser l'usager.

Alain Bazot, Président de l'UFC-Que Choisir a mis en valeur une contraction : si la facture déchet a augmenté, dépassant allégrement 1 milliard d'euros, la gestion des déchets, elle, ne s'est pas améliorée. Et pour preuve, un 2012, la France n'aurait recyclé que 23% de ses déchets. M. Bazot regrette que « la collecte sélective augmente trop lentement : de 7kg/hab/an, soit de 7% entre 2005 et 2011 ».

L'UFC-Que Choisir explique ces résultats décevants par les raisons suivantes : le « manque d'efficacité des communes en matière de gestion des déchets », le manque de transparence et de simplification de la filière REP, mais aussi leur encadrement laxiste et la prise en charge non conforme aux coûts supportés. Le constat est clair : il faut faire évoluer ces filières.

Nous vous en parlions au début de notre article, l'association estime que le consommateur est mal informé. Le référent Gérard Quenot est étonné : « Nous avons eu la surprise de constater que 59% des Français pensent à tort que le point vert signifie recyclable ».

L'UFC-Que Choisir propose donc une refonte totale de la politique des déchets et propose de nouveaux outils. Cela passe par la création d'une autorité administrative indépendante pour réguler les différentes filières, mais aussi par la centralisation et l'homogénéisation de la communication.

Chez Dridi, entreprise de nettoyage à Angers (Maine-et-Loire, 49), nous avons lu avec attention le compte rendu de cette analyse. Et c'est avec le même intérêt que nous nous tiendrons informés de la réalisation des idées et projets proposés par l'UFC-Que Choisir.

Faire un commentaire / Lire les commentaires (0)

filet

Recyclage de papiers : où en est la France ?

vendredi 17 avril 2015

 

Depuis quelques années, nombre de campagnes d'information et de sensibilisation au geste de tri ont été initiées par l'organisme Ecofolio, qui gère et finance la collecte est le recyclage des papiers. Ces actions de communication, quelles qu'elles soient, ont-elles été efficaces ?

L'État a donné un objectif net et précis à Ecofolio : en 2016, 55% des papiers devront être recyclés. À échéance n-1, l'éco-organisme se montre enthousiaste : en 2014, le taux de recyclage des papiers était de 52%. On s'approche donc de l'objectif ! Les campagnes de communication mais aussi les investissements réalisés par les collectivités, opérateurs et acteurs de la filière papier ont eu raison d'être ! D'après la directrice générale d'Ecofolio, les Français « ont compris l'importance de trier leurs papiers, tant pour l'économie que pour l'environnement ».

Mais le plus dur reste à faire ! Ecofolio ne ménage pas ses peines puisqu'il espère d'ici à 2025, avoisiner les résultats atteints par les bons élèves européens ; comme l'Allemagne, par exemple, qui présente un taux de recyclage de papier exemplaire de 75%.

Chez Dridi, entreprise de nettoyage à Angers (Maine-et-Loire, 49), nous constatons de plus en plus les résultats de la sensibilisation au geste de tri. En effet, sur nos lieux d'intervention, nous récoltons, et espérons récolter, de plus en plus de papier.

Sources : actu-environnement.com & villecresnes.fr

Faire un commentaire / Lire les commentaires (0)

filet

Réduction de l'usage des sacs plastiques : une directive en préparation

mercredi 08 avril 2015

 

L'Union Européenne s'est donnée pour objectif de réduire l'usage des sacs en plastique légers. Cela va passer par la modification de la directive de 1994. L'enjeu de ces nouvelles dispositions : renforcer « la prévention en matière de production de déchets » mais aussi, parallèlement, une « utilisation plus efficace des ressources ». Au-delà, à plus long terme, cette initiative va consister à « limiter les incidences négatives sur l'environnement des déchets provenant des sacs en plastique à poignée ».

Quelques pistes ont déjà été lancées, mais le dispositif global n'est pas clairement défini. Pour le moment, le Conseil de l'UE hésite entre 2 mesures : limiter le nombre de sacs par personne ou bien, garantir que les sacs plastiques ne soient plus fournis gratuitement aux consommateurs. Ces mesures seraient mises en place d'ici 2025, pour la première, ou d'ici 2018, pour la seconde.

En décembre 2014, le Conseil européen a confirmé son accord politique concernant le texte de la directive. Maintenant, il reste au Parlement à faire connaître sa position face à ce texte… La suite au prochain épisode !

Dridi, entreprise de nettoyage à Angers (Maine-et-Loire, 49), vous tiendra informés dès qu'il y aura du nouveau concernant cette directive !


Sources : actu-environnement.com & plastiques-caoutchoucs.com (image illustrative)

Faire un commentaire / Lire les commentaires (0)

filet

Déchets ménagers : le bilan de 2013

vendredi 27 mars 2015

 

C'est Eurostat qui a publié les chiffres, cette semaine : en 2013, ce sont 481 kg de déchets ménagers et assimilés qui ont été produit, en moyenne, par habitant, dans l'Union Européenne. Un chiffre plutôt réjouissant, lorsqu'on le compare à celui de 2002 ; on avait alors atteint un pic avec 527 kg de déchets par habitant.

D'après la direction générale de la Commission européenne chargée de l'information statistique : « Depuis 2007, la production de déchets municipaux par personne a constamment diminué dans l'UE pour s'établir désormais en-deçà de son niveau du milieu des années 1990 ».

Mais que deviennent ces déchets, à l'échelle européenne ?! Et bien, sur les 481 kg, 470 ont été traités ; 31% ont été mis en décharge, 28% ont été recyclé, 26% incinérés et 15% composés. Là encore, on note une progression pour ce qui de la proportion de déchets recyclés.

Si l'on s'attarde un peu plus sur le cas de la France, on se rend compte qu'elle est plutôt mauvaise élève, car avec 530 kg de déchets produits par habitant, elle se situe au dessus de la moyenne européenne. Au premier rang de la classe, La Roumanie (272 kg), l'Estonie (293 kg) et la Pologne (297 kg) tirent leur épingle du jeu. On peut malgré tout relativiser notre moyenne médiocre, en étudiant les chiffres d'autres pays comme le Danemark (747 kg), le Luxembourg (653 kg) ou encore Chypre (624 kg).


Chez Dridi, entreprise de nettoyage à Angers (Maine-et-Loire, 49), malgré les progrès notoires, nous sommes persuadés qu'il faut avant tout poursuivre les efforts déjà menés pour faire face aux problématiques et aux enjeux futurs… Alors sur notre blog, régulièrement, vous trouverez des petites astuces pour aller en ce sens !

Sources : actu-environnement.com & cc-castelrenaudais.fr

Faire un commentaire / Lire les commentaires (0)

filet

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

29

30

31

32

33

34

35

36

37

38

39

40

41

42

43

44

ActuEco-innovation RéflexionBiographie

Evelyne CADUS

Bonjour, Avons nous la certitude que les entreprisesde nettoyages pratiquent le recyclage des ampoules et néon ?

L'agenda des parutions de Jean Charles Taugourdeau

2020

2019

2018

2017

2016

2015

2014

2013

2012

mentions légales

Facebook JCTSite