retour à l'accueil
fond haut blog
Rechercher

Recyclage du verre : aspects et enjeux

vendredi 09 janvier 2015

 

On ne parle que très rarement du recyclage du verre. Pour autant, cette filière n'est pas à prendre à la légère. Si la collecte des déchets plastiques, entre autres, fait l'objet de nombreuses mutations, le verre lui aussi doit être mieux trié. C'est la raison pour laquelle, cette semaine, chez Dridi, entreprise de nettoyage industriel à Angers (Maine-et-Loire, 49), nous avons choisi d'aborder ce sujet.

Le verre dispose d'un atout loin d'être négligeable ; en effet, il est réutilisable et recyclable à l'infini, ce qui en fait l'un des rares matériaux d'emballages produit en circuit fermé. Une fois collecté, le verre est trié, nettoyé, calibré puis refondu. Son recyclage est quasi direct du consommateur au producteur. Un véritable potentiel existe et il faut exploiter au maximum. Comment ? En faisant progresser les habitudes en matière de tri et de collecte du verre.

Il faut savoir qu'aujourd'hui, en France, 20% des emballages en verre finissent dans les ordures ménagères. Une aberration lorsque l'on sait que ce matériau est recyclable à l'infini… En France, en matière de tri du verre, de fortes disparités existent entre les différentes zones géographiques. En 2013, alors que la Bretagne trie 46 kg de verre par habitant, la région Provence-Alpes-Côte-D'azur, n'en trie que 21… L'éco-organisme Eco-emballages s'est donc donné pour objectif de renforcer la sensibilisation des Français et des collectivités sur le geste de tri, par le biais de campagne de communication.

Élément important, le fait de trier le verre permet aux entreprises fabricant des objets en verre (bouteille, par exemple), de récupérer les calcins nécessaires à leur activité. En plus d'être favorable à l'environnement, le geste de tri incarne de nombreux enjeux économiques.

Sources : actu-environnement.com

Faire un commentaire / Lire les commentaires (0)

filet

Un nouvel appel à projets pour améliorer la recyclabilité des plastiques

vendredi 16 janvier 2015

 

Cette semaine, l'éco-organisme Eco-emballage et Adelphe, sa filiale, ont initié un appel à projet adressé aux entreprises. Le sujet sur lequel les entreprises adhérentes d'Eco-emballage et les producteurs vont devoir plancher : l'amélioration de la recyclabilité des emballages ménagers en plastique. L'enjeu, derrière cet appel à projets, n'est autre que de multiplier par 2 le taux de recyclage des matières plastiques et ce, d'ici 2030.

Alors qu'à l'heure actuelle seulement 54% des emballages ménagers en plastique sont recyclables par des filières industrielles françaises, l'appel à projets consiste à trouver des solutions alternatives pour les emballages jusqu'ici non recyclables ou à faible rendement de recyclage, mais aussi pour les emballages PVC. Une piste éventuelle a été livrée : la modification des composantes de certains emballages pour faciliter le tri et le recyclage.

C'est le 31 mars prochain que les candidatures seront présentées. La sélection des projets réalisables sur le marché se fera dans un délai de 18 mois à 2 ans. Le budget global est de 500 000 euros.

Pour Dridi, entreprise de nettoyage à Angers (Maine-et-Loire, 49), les appels à projets représentent un merveilleux levier pour mettre à contribution tous les savoir-faire et idées (entreprises, producteurs, collectivités…) au service de la préservation de l'environnement. Rendez-vous très prochainement sur le blog pour connaître l'évolution de cet appel à projets !

Source : actu-environnement.com

Faire un commentaire / Lire les commentaires (0)

filet

DEEE : de gros progrès en matière de transport

jeudi 29 janvier 2015

 

Nous traitons souvent sur ce blog de la problématique des déchets d'équipement électrique et électronique. Mais aujourd'hui, une fois n'est pas coutume, nous allons élargir ce sujet en abordant un point capital et non négligeable en matière de respect de l'environnement : leur transport.

En effet, désormais, 4500 tonnes de DEEE seront acheminées du port de Rouen jusqu'à celui de Gennevilliers. L'enjeu est des plus importants : diminuer le trafic sur le réseau routier et éviter, dans la mesure du possible, les gênes provoquées, tous les ans, par 600 camions. Par effet ricochet, cette ligne fluviale devrait occasionner une économie de CO2 estimée à environ 33%.

Cette toute nouvelle ligne de transport fluvial a été inaugurée par l'éco-organisme Eco-système et Véolia. Elle permettra de convoyer, en détails, 990 tonnes de gros électroménagers et 3600 tonnes de petits appareils électroménagers, qui seront collectées dans les départements de l'Eure et de la Seine Maritime.

Jusqu'à aujourd'hui, le transport des gros électroménagers (de type réfrigérateur) était compliqué à cause de leur faible nombre. Mais la multiplication des DEEE, alliée à la mise au point d'un fret retour permettant aux navettes de ne pas rentrer à vide, a rendu possible cette logistique.

Il faut savoir qu'aujourd'hui la collecte des DEEE a atteint les 450 000 tonnes par an. Information encore plus considérable : elle devrait se multiplier par 2, et ce, d'ici 2019. Cela devrait entraîner d'importantes conséquences sur le transport et donc, inévitablement, sur l'environnement. Cette démarche devrait donc se voir dupliquée un peu partout sur le territoire français.

Chez Dridi, entreprise de nettoyage à Angers (Maine-et-Loire, 49), nous sommes très attentifs à ce genre d'initiative, visant à trouver de nouvelles solutions pour améliorer l'impact du traitement des déchets sur l'environnement.


Sources : actu-environnement.com & sevede.inovawork.net (image illustrative)

Faire un commentaire / Lire les commentaires (0)

filet

DEEE : la collecte se développe

mercredi 11 février 2015

 

C'est très régulièrement que nous vous parlons des fameux DEEE (déchets d'équipements électriques et électroniques), sur le blog de Dridi Nettoyage. Et bien, aujourd'hui, une fois encore nous allons aborder ce thème, pour vous annoncer une bonne nouvelle : la collecte des DEEE a progressé de 8% en 2014. Ainsi, 368 739 tonnes ont été collectées. Une progression, vous en conviendrez, plus que considérable ! Plus concrètement, en 2014, ce sont 7,4 kg de DEEE par habitant qui ont été collectés.

Toutefois, il va falloir veiller à maintenir le cap, puisqu'un objectif a été fixé à 2019 : collecter 657 00 tonnes, 20 kg par habitant, soit prés du double de l'effort qui a été enregistré l'année passée. Pour atteindre cet objectif, l'Eco-organisme, Eco-Système, parie sur la multiplication et la modernisation des biais de collecte.

A l'heure actuelle, 4 canaux de collecte sont en phase de développement, parmi eux, des récupérateurs. Ces derniers vont constituer, petit à petit, un réseau d'apport pour les artisans, et autres installateurs. Les opérateurs de broyage vont représenter un second canal.

A plus court terme, en 2015, Eco-Système espère réaliser une progression de 9% par rapport à 2014, soit un volume de 402 000 tonnes. En attendant, chez Dridi, entreprise de nettoyage à Angers (Maine-et-Loire, 49), nous mettons tout en œuvre, au jour le jour, pour développement et faciliter la collecte des déchets d'équipements électriques et électroniques. Nous vous tiendrons régulièrement informés des évolutions en la matière.

Faire un commentaire / Lire les commentaires (0)

filet

Gestion des déchets par les intercommunalités : vers le renforcement de la coopération

vendredi 20 février 2015

 

Le Cercle National du Recyclage a publié, il y a peu, une note afin d'aider les collectivités à oeuvrer de manière coopérative pour la gestion de leurs déchets. Celle-ci contient à la fois des informations juridiques et des exemples concrets d'actions déjà menées dans certaines communes.

À l'heure actuelle, les collectivités locales entrent dans une démarche coopérative en matière de gestion de leurs déchets, notamment. Les enjeux sont les suivants : faire des économies et rationaliser les services. Pour parvenir à cette coopération, plusieurs pistes ont été lancées, parmi lesquelles l'optimisation du fonctionnement des installations avec l'apport de tonnages extérieurs, la rationalisation du dimensionnement des équipements, mais aussi le renforcement de la cohésion territoriale en ce qui concerne la politique déchets….

Parmi les exemples, nous avons choisi de vous parler de la coopération fonctionnelle du Syndicat mixte de la Vallée de l'Oise et du Syndicat Départemental de traitement des déchets ménagers de l'Aisne. Ces 2 entités ont conclu, en 2013, une entente relative à la gestion des déchets avec un objectif : mettre en œuvre une gestion efficace et optimale des déchets ménagers sur leurs territoires. Par le biais de cette convention, ces 2 syndicats ont mutualisé leurs installations respectives et traité en commun une partie des déchets de l'une et de l'autre. D'un point de vue financier, la convention prévoyait que la partie demandeuse paie une compensation égale aux frais d'investissement et de fonctionnement de l'installation.

Chez Dridi, entreprise de nettoyage dans le Maine-et-Loire (Angers, 49), nous sommes favorables à toute idée de coopération lorsqu'il s'agit du traitement des déchets. C'est en étant uni que l'on vient à bout des plus grandes problématiques. Et en matière d'environnement, cela se vérifie d'autant plus : l'union fait la force !


Sources : actu-envrionnement.com et cercle-recyclahe.asso.fr

Faire un commentaire / Lire les commentaires (0)

filet

1

2

3

4

5

6

7

ActuEco-innovation RéflexionBiographie

Evelyne CADUS

Bonjour, Avons nous la certitude que les entreprisesde nettoyages pratiquent le recyclage des ampoules et néon ?

L'agenda des parutions de Jean Charles Taugourdeau

2020

2019

2018

2017

2016

2015

2014

2013

2012

mentions légales

Facebook JCTSite